mardi 3 juin 2008

Life Addiction ?

« Vous n'avez pas la vie que vous souhaitez et vous faites de la dépression chronique ? Vous ne pensez pas pouvoir faire face à vos responsabilités ces prochaines années ? Ne cherchez pas plus loin, finissons-en avec tous vos soucis : Opter pour une fin de vie digne et respectable et faites don de votre corps. »

Ceci était un message de Santé Publique du Ministère de la Démographie chinoise.

La mort n'est plus un tabou depuis le développement des thérapies géniques autorisés en Chine. Repoussant toujours les frontières de la vie, la médecine chinoise s'est réformée au cours de ces dernières années pour devenir la Médecine Chinoise Moderne pour répondre aux normes de l'OMS et surtout de l'OMC. En innovant et révolutionnant le monde de la médecine, la Chine s'est hissée comme le Médecin du Monde. Paradoxalement, elle doit régler un problème toujours d'actualité de surpopulation. Les différentes réformes sur la natalité n'ont eu que peu d'impact sur la population ces dernières années au lieu de baisser encore elle a commencé à stagner. Les inégalités qui se réduisent, accompagnés par l'apparition d'une classe moyenne de plus en plus significative, ne suffisent plus pour faire la différence dans l'espérance de vie des plus pauvres. La pollution engendre un coût de Santé Publique extrêmement important qui pèse sur le développement de la Chine. La méthode de la fin de vie autorisée est la dernière méthode de contrôle du gouvernement chinois sur la surpopulation. Elle l'était déjà en vigueur pour les personnes âgées atteints de maladies dégénérescentes et/ou incurables. Les criminels récidivistes recevaient également la proposition pour désengorger les prisons.
Longtemps ces questions de fins de vie étaient restées tabou. Mais le gouvernement s'est voulu innovant sur le sujet. Et donc avec la mise en place de ce nouveau droit, un suivi psychologique accompagne la démarche. Actuellement un groupe de réflexion vise à faire rembourser les cotisations sociales du candidat à la famille pour subvenir à leurs besoins afin de compenser la perte d'un revenu. De plus, une rémunération sera attribuée à chaque organe prélevé et regreffé sur des patients qui verseront une indemnité mensuelle à la famille du candidat. Cette mesure s'accompagnera de la Création d'un Centre de Contrôle des greffes pour lutter contre le trafic d'organes, pour lutter contre les faux dons d'organes.


Ceci est j'espère une fiction qui restera une fiction.

Enregistrer un commentaire