vendredi 13 mars 2009

Haine mémorisée

[mode fiction on]

Rapport de la mémoire du prisonnier 241611

-----

"Je suis innocent", je le crie depuis des heures, depuis que je me suis réveillé sous cette cagoule. Lorsqu'on me l'a retiré, le monde n'en a pas été moins noir. La différence ? C'est que maintenant je vois mes tortionnaires.

Ils veulent que je parle, mais je ne vois absolument pas de quoi. J'ai supplié de me dire de quoi j'étais accusé. Ils vont utiliser les chocs électriques et j'ai peur. J'ai peur car j'ignore ce qu'ils veulent. Toutes les questions tournent autour de la nuit du 5 novembre. Mais j'ignore même quel jour on est ? C'est à peine si je me souviens de mon nom. Depuis que je suis arrivé, lors des seuls moments où je peux m'exprimer, ils m'appellent Ibrahim, ou un nom en arabe, dont la traduction serait 'Le Juste'. Mais je ne parle même pas Arabe !

Dans la chambre d'interrogatoire, j'ai fermé les yeux. La lumière aveuglante me brûle à travers mes paupières. Mes vêtements me collent à la peau, ils sont trempés. Ça doit bien faire des heures que je suis attaché sur ma chaise sans pouvoir bouger.

Je sens à un moment que l'on se rapproche de ma droite. Un hurlement me tétanise : "TON NOM !" Ma tête se plie de douleur du côté opposé, je manque de me froisser les cervicales dans un geste de réflexe défensif. Mes tympans sifflent. Les larmes me montent au visage. Je leur répète qu'ils me l'ont déjà demandé, je leur dis à nouveau que je m'appelle Gerald, Matthew Gerald. Ils rétorquent que ce petit jeu commence à les fatiguer. Je sens alors des mains qui m'agrippent sur mes épaules. On me traîne de force, ils vont le faire ! Je me débat mais je suis bloqué, je hurle avant de me noyer la tête dans l'eau. Je sens l'eau qui tente de s'infiltrer dans mes poumons et ces derniers qui tentent de respirer de l'eau. Quand enfin on me relève, j'aspire l'air à plein poumons. Mais ils me replongent directement dans l'eau. Mon corps se débat. Le manque d'air devient douleur. Cette douleur devient insupportable à mesure que la panique s'empare de mon esprit...

-----

Rapport du lieutenant Kenny Rogers des Informations Spéciales.

La thérapie fonctionne à merveille. Notre patient montre désormais une peur panique à l'approche d'étendus d'eau. Le conditionnement est efficace. Sa nouvelle phobie sera adéquate pour son prochain interrogatoire.

Le conditionnement permet le contrôle de la peur chez le patient. Le contournement des lois concernant les Droits de l'Homme et les Conventions de Genève ne sont qu'une formalité juridique. Il est tellement facile de convaincre des paranoïaques du bien-fondé d'une loi autorisant ce qu'on appelle joliment les méthodes d'interrogatoire coercitives. Il est vrai qu'il s'agit là des techniques non-physiques. Une idée reçue qui fait son chemin dans le public, indique que l'opinion publique approuve les techniques qui ne touche pas physiquement le prisonnier mais ils ignorent que rarement, on se remet des tortures psychologiques.

Pour faire voter ces lois, il est nécessaire de "préparer" la population. Les médias de masses sont une bénédiction. Le racisme organisé stigmatise et cible les parties visées de la population. Cristallisant la peur, leurs proximités augmentent la paranoïa dans la classe moyenne. Le besoin de sécurité entraîne une politique qui débouchera sur des lois sécuritaires et/ou totalitaires pour protéger le pays. Tout cela démocratiquement, Vive la Démocratie !

Les médias sont un réservoir de terreur inépuisable. L'homme a peur de tout et de rien. Grâce aux fictions, et à l'imagination (ou manque d'imagination) des scénaristes, on a par exemple réussi à faire croire à l'ensemble de l'audience, que des personnes ayant un degré de culture extrêmement poussé, ayant fait des études, ayant voyagé sont capables de se transformer en terroristes suicidaires au nom d'Allah et contre la promesse de 72 vierges au paradis. Et c'est nos téléspectateurs qui prétendons qu'ils sont superstitieux et que leur religion est arriérée. Nous n'avons pas fait mieux depuis Himmler.

Sur un coin de la table du lieutenant, une brochure :

Votre réalité est notre réalité :

Xavier Dumont vous présente l'agence Dreamfactory,

Au début cette technologie avait été développée pour soigner de riches dépressifs et névrosés. Les traitements ont évolués hors de la sphère médicale pour devenir plus accessibles à un public de plus en plus demandeurs.

Notre but ? Faire "vivre" votre rêve. Après une analyse complète de vos désirs, ils implémantent des souvenirs dans votre esprit et travaille lors de votre amnésie partielle à compléter votre environnement des détails, des réflexes, et des documents pour "réaliser" votre rêve.

Nos tarifs sont à l'image de la qualité de notre prestation. Notre éventail de choix est très varié :

Les époux qui veulent redonner un second souffle à leur mariage. Nous organisons des rencontres fortuites où ils se rencontreraient plus souvent. Ils construisent une vie de couple qu'ils n'ont pas réussi à vivre (souvent par manque de temps). Généralement offert par les enfants qui offrent ce cadeau pour réconcilier leurs parents, le prix bien que plus cher qu'une thérapie de couple ou un conseiller matrimonial n'offre un résultat largement plus satisfaisant et plus rapide.

Certains hauts cadres demandaient tout simplement l'ajout d'une compétence. Le traitement nécessite un suivi beaucoup plus attentionné. Mais cela permet au client d'acquérir à la fois des connaissances, mais aussi des réflexes en un temps record. Cela varie d'une personne à l'autre : nouveau sport, nouvelle langue, mais aussi connaissances particulières dans un domaine donnés, ou tout simplement un vécu dans un autre pays.

Cette opération n'est pas sans risque, néanmoins notre agence est suivie par le comité de déontologie de la mémoire.

Aujourd'hui, nous travaillons de concert avec le ministère de la Défense qui a souhaité qu'on intervienne dans la lutte anti-terroriste. Notamment pour reconditionner certains agents trop longtemps sur le terrain pour effacer certains souvenirs gênants mais aussi sur leurs demandes pour oublier certaines expériences traumatisantes.

Nous avons en parallèle une nouvelle offre classée confidentielle : afin de faire parler les témoins / suspects sous le Patriot Act, nous implémentons des traumatismes. Et donnons aux interrogateurs des moyens de pression réellement efficaces.

Contactez notre agence au...

[mode fiction off]

Certains passages de cette nouvelle ne sont pas tout à fait des fictions... Et aujourd'hui ,on vend de la vérité, la réalité attend son heure. Pensez vous avoir le choix de refuser cette offre ?
Enregistrer un commentaire